Cette hormone naturelle biologique essentiellement destinée aux problèmes hormonaux de la femme, notamment à l’heure de la ménopause, est une véritable progestérone végétale.

Le yam biologique, ou igname sauvage, était utilisé depuis longtemps en Amérique centrale pour soulager les douleurs des ovaires et les troubles menstruels ; mais c’est en 1939 que fut mis en évidence la présence d’une quantité importante d’un précurseur hormonal, la diosgénine, dans les tubercules du yam biologique.
La diosgénine est une substance naturelle très proche des hormones produites par l’organisme de la femme.
C’est cette similitude qui permet au foie, au fur et à mesure des besoins, de transformer lui-même ce précurseur végétal en hormones.
Il ne se produit ainsi aucun effet secondaire.
Plus précisément, la diosgénine stimule les synthèses de DHEA et de progestérone.
Rappelons que la DHEA, sécrétée par les glandes surrénales, joue un grand rôle contre le vieillissement ; et que la progestérone, qui est produite par les ovaires pendant la deuxième partie du cycle, et dont la déficience est très importante dès la préménopause, a un effet calmant, protège contre les effets des oestrogènes, empêche la rétention d’eau, et peut être considérée comme l’hormone de la maternité qui favorise la gestation.

Le Yam biologique hormone naturelle

Le Yam biologique hormone naturelle

Il faut savoir que le responsable des problèmes de la ménopause n’est pas uniquement le manque d’œstrogènes mais surtout l’abaissement du taux de progestérone.
Cette progestérone naturelle joue un rôle irremplaçable non seulement pour lutter contre la dégénérescence osseuse, mais aussi pour protéger contre les kystes des seins, éviter la prise poids et les œdèmes, améliorer la libido, lutter contre la déprime et l’irritabilité…
Ainsi, il s’avère aujourd’hui que le yam biologique, plante progestérone-like, est l’alliée naturelle de toutes les femmes ayant des troubles en relation avec la préménopause, ou encore une ménopause récente et installée avec risques d’ostéoporose.
Les racines de yam biologiques sont généralement présentées sous forme de gélules.
En cas de préménopause, on utilise le yam biologique à raison de 6 gélules par jour, du 14ème jour du cycle à l’arrivée des règles.
Pour la ménopause, on prend 6 gélules par jour les 22 premiers jours du mois, et 3 gélules par jour les derniers jours du mois.
Bien sûr, la consommation du yam biologique doit être associée, au minimum, à une bonne hygiène de vie, comprenant activité physique et équilibre nutritionnel, mais aussi, éventuellement, à la prise de vitamines et minéraux, de plantes calmantes, d’huile d’onagre, de phyto-oestrogènes, et de vasculoprotecteurs.
Enfin, il faut savoir que le yam biologique ne produit aucune accoutumance, dans la mesure où il stimule l’organisme sans se substituer à lui.


Très connue du public, la DHEA a été la star de l’anti-vieillissement en 2000. Avec des effets mesurés scientifiquement, elle n’est cependant pas la panacée anti-âge que l’on a cru. Alors, utile ou pas ?

Que reste-t’il de la DHEA en 2016 ? Le Pr Etienne Beaulieu a découvert cette hormone puis démontré ses effets contre le vieillissement (étude DHEAge en 2000). Après que les médias l’aient largement mise en avant comme « pilule de jeunesse éternelle », est-elle tombée dans l’oubli aujourd’hui ?

La DHEA hormone ou précurseur hormonal ?

La DiHydroEpiAndrostènedione est produite naturellement par notre corps par nos glandes surrénales. Elle est le précurseur des hormones testostérone, progestérone et oestrogènes.

Les effets de la DHEA

On a longtemps pensé qu’elle n’avait aucun effet sur l’organisme mais servait seulement à se transformer en hormones sexuelles. Elle aurait donc été un simple précurseur hormonal. Or, le Pr Beaulieu avait démontré que la DHEA avait aussi sa propre action hormonale, même si les effets restaient modérés.

Peu après, l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a jugé les preuves d’efficacité de la DHEA insuffisantes et déconseillé son usage au vu des effets indésirables potentiels.

La DHEA a, quand même, été classée dans les substances dopantes pour les sportifs en raison de son effet anabolisant sur les muscles. Ce qui parait un peu contradictoire…

La DHEA un anti cancer et un anti âge naturel bio puissant

La DHEA un anti cancer et un anti âge naturel bio puissant

L’étude DHEAge avait montré des effets intéressants, surtout chez les femmes de plus de soixante-dix ans : augmentation de la densité des os, augmentation de la libido, peau et qualité de vie améliorées. Pour les hommes, la DHEA aurait une action légère contre les troubles de l’érection. Les effets varient beaucoup d’un sujet à l’autre (avec la même dose quotidienne apportée).

La baisse de DHEA en vieillissant

Comme beaucoup d’hormones et comme toutes les hormones sexuelles, la production de DHEA diminue avec l’âge. A la soixantaine, les taux sanguins sont bien plus bas qu’à 20 ans : parfois moins de 20% de taux résiduel.

On sait aujourd’hui que la baisse du taux de DHEA est très variable d’une personne à l’autre. Ceci explique peut-être la variabilité des résultats de l’étude DHEAge, certaines personnes nécessitant des doses plus élevées.

DHEA et cancers hormono-dépendants

S’agissant d’une hormone qui peut se transformer en œstrogènes ou en testostérone, il parait logique de s’abstenir chez les personnes atteintes de cancers hormono-dépendants et chez les personnes à haut risque (utérus, ovaires, sein, prostate).

Cependant, ce risque n’a pas pu être prouvé (des études sur des prises quotidiennes pendant 2 ans ont été faites). Notons aussi que plusieurs études sur l’animal montreraient, au contraire, des possibles effets anticancéreux.

Effets indésirables et contre-indications

Elle est contre-indiquée chez les femmes enceintes, celles qui allaitent et chez les enfants.

Selon le Vidal, les effets indésirables pourraient être : fatigue, hypertension, maux de ventre, diabète ou acné et, chez les femmes parfois, une augmentation de la pilosité.

On peut se poser deux questions :

– s’il s’agit d’un précurseur hormonal inefficace, comment peut-il entraîner des troubles hormonaux androgéniques (pilosité, acné) ?

– d’un autre côté, pourquoi une hormone naturellement présente dans notre corps pourrait-elle être dangereuse pour des gens qui en manquent si l’on ne dépasse pas les taux sanguins normaux ?

Aucun effet secondaire sérieux n’a, en fait, été rapporté dans la littérature mondiale.

D’ailleurs, selon le rapport de l’AFSSAPS :

Dans une étude de toxicité chronique (chez le chien, 6 mois) il n’y a pas de signe toxique majeur en dehors de ceux attendus avec des dérivés stéroïdes hormonaux, apparaissant à des doses de l’ordre de 1500 mg/kg/j (soit plus de 30 fois les doses utilisées habituellement).
Des effets confirmés à nouveau ?

Les médecins « anti-âge » ont une vision particulière des choses : ils pensent qu’en maintenant des fonctions hormonales à un niveau correct, on diminue les troubles liés au vieillissement et on améliore la vitalité générale.

Depuis le rapport français de l’Afssaps, de l’eau a coulé sous les ponts mais des chercheurs étrangers n’en sont pas restés là. Diverses études existent (japonaises, chinoises, américaines, suisses…) montrant à nouveau des effets positifs de la DHEA :

augmentation de la force et de la masse musculaire
augmentation de la densité osseuse
amélioration de la sècheresse vaginale à la ménopause (par voie locale)
augmentation de l’hormone de croissance (6 à 12%)
augmentation de la testostérone libre chez l’homme de la cinquantaine…
Ceci dit, il ne faut pas crier au miracle et les effets sont souvent plus marqués après 70 ans.

En pratique

Certains médecins pensent que rétablir des taux de DHEA de la jeunesse ne peut qu’avoir des effets positifs sur les troubles liés au vieillissement. Aux USA, la DHEA est en vente libre, classée en complément alimentaire.

En France, les autorités ont jugé que ce produit, même s’il ne montre pas de critères de dangerosité, a des effets sur les troubles de l’âge très modérés. Alors qu’on ne sait pas si un risque de favoriser les cancers hormonaux existe, l’Afssaps ne justifie donc pas son usage.

Que penser alors ? L’avis de l’Afssaps étant fondé sur des incertitudes, est-il pertinent (si ce n’est au regard du principe de précaution) ?

Comme toujours, il n’y a pas de réponse absolue. Prendre systématiquement de la DHEA en vieillissant ne semble pas justifié. En revanche, pourquoi se priver des améliorations qu’elle peut apporter à certains sur les troubles liés au vieillissement ? Cela peut valoir le coup d’essayer.

Dans tous les cas, prendre de la DHEA soi-même, sans dosage biologique préalable est un non-sens.
Une mesure des taux sanguins préalables est nécessaire à une bonne adaptation des doses à prendre. Un avis médical est largement souhaitable. La prescription par médecin est d’ailleurs obligatoire en France.

Le médecin, au vu des résultats d’analyse et des symptômes présentés par le sujet décidera si un essai de traitement est souhaitable puis il ajustera les doses en fonction des résultats.

La médecine anti-âge n’en est qu’à ses débuts et nous en apprendrons certainement encore sur la DHEA dans l’avenir.


Il a été démontré que la DHEA améliore le système immunitaire et possède des effets anti-cancer et anti-tumeur significatifs.

La DHEA doit ses propriétés bénéfiques anti-cancer à sa capacité à inhiber une enzyme appelée glucose-6-phosphate déhydrogénase (G6PD). Les propriétés cardio-protectrices de la DHEA sont également en partie liée à cette capacité.

Cancer cervical
Des recherches préliminaires indiquent que l’utilisation de DHEA de manière intra vaginale est sans danger et favorise la régression des lésions cervicales mineures. Toutefois, les patientes ne devraient pas substituer la DHEA à des thérapies plus établies, et devraient consulter un professionnel de santé avant d’envisager cette méthode.

Etudes cliniques

Dans une étude à long terme sur 5000 femmes, il a été constaté que les niveaux de DHEA ont radicalement chuté, et ce, jusqu’à neuf ans avant le développement du cancer du sein. Le facteur de risque le plus élevé pour ce cancer était un faible taux de DHEA. Il a été démontré que la DHEA stimule le système immunitaire, prévient le cancer et prolonger la vie chez l’animal en laboratoire.

Dans une autre étude, neuf hommes en bonne santé âgés avec une moyenne d’âge de 64 ans, ont pris 50 mg DHEA le soir pendant 20 semaines. Ce traitement a significativement augmenté le nombre des cellules T (tueuses). Ce sont les lymphocytes qui sont impliqués dans la recherche et la destruction, non seulement les virus, mais également les cellules anormales qui sont sur le point de devenir cancéreuses. Bien que le nombre de lymphocytes T n’ait pas été affecté, leur activité a été accrue (telle que mesurée par une réponse proliférative plus grande à la phytohémagglutinine, un produit chimique qui normalement stimule les cellules T). L’activité des cellules B a également été augmentée.

La DHEA combat le cancer

La DHEA combat le cancer

Lors d’une étude conduite sur des souris et des rats, il a été démontré que la DHEA peut inhiber le développement de tumeurs expérimentales du foie, de la poitrine, du poumon, du côlon, des tissus lymphatiques de l’épiderme, ainsi que d’autres parties du corps. Parmi les rates enceintes à qui a été implanté un agent cancérigène, 96 % ont développé des tumeurs aux mamelles.
Les souris qui ont reçu le même agent cancérigène mais à qui on a donné une dose de DHEA, n’ont été que 35 % à présenter des tumeurs aux mamelles. Le Dr. Inano, chercheur japonais, en a conclu, « Cette découverte suggère que la DHEA possède un potentiel préventif contre la phase de promotion/progression des tumeurs mammaires induites par les radiations. »

La DHEA diminue l’enzyme cancérigène Glucose-6-Phosphate Dehyrogenase (G6PD). Les femmes britanniques qui avaient 10% de DHEA en moins que la normale pour leur groupe d’âge, ont développé un cancer du sein et en sont mortes, ainsi que cela avait été prédit 9 ans plus tôt lors d’une test de mesure de faible DHEA présente dans leur urine. La DHEA protège des tumeurs cancéreuses provoquées par l’uréthane et le diméthylbenz-anthracène 1 et 2, du cancer de la peau (à raison de 100 mg de DHEA par jour), bloques les tumeurs du côlon chez les souris exposées au cancérigène dimethylhydrazine 1et 2, prévient le cancer de la prostate et le cancer des testicules chez les rongeurs.

Une étude a montré que les sujets présentant des cellules T de leucémie (ATL) avaient un taux de DHEA significativement plus faible que la moyenne des gens en bonne santé. Cela a amené des médecins à penser que la DHEA pouvait bénéfique dans le traitement de cette forme de leucémie.

D’autres études sur le cancer montre que la DHEA inhibe les l’absorption de thymidine par les cellules, laquelle est nécessaire pour la propagation cellulaire, et interrompt l’effet oxydant des substances chimiques cancérigènes. Les scientifiques remarquent que la DHEA ne fonctionne pas comme un anti-oxydant, mais comme un modérateur des effets des substances chimiques cancérigènes sur les cellules.

Une étude clinique sur 127 sujets dans un état avancé de cancer, à qui on a donné 40 mg de DHEA par jour, a montré que bien qu’il n’y ait pas eu de régression significative du cancer, 2 sujets atteints de cancer du rein, ont stabilisé leur état et ont toléré la thérapie à base de DHEA pendant 2 ans et demi sans effets secondaires. Ainsi, selon les Dr Regelson et Kalimi, la DHEA est peut-être notre meilleur agent pour bloquer la croissance des tumeurs liées au stress.


La DHEA
L’hormone DHEA est produite naturellement dans l’organisme par les glandes surrénales. Sa production naturelle commence à diminuer très tôt, à l’âge de 40 ans le niveau de DHEA n’est plus que la moitié du niveau optimal.

Le stress est un facteur essentiel du déclin de DHEA, dès l’âge de 30 ans, il s’accompagne d’une susceptibilité accrue aux maladies, qui va de pair avec l’accélération du vieillissement. La supplémentation en DHEA peut commencer entre 35 et 45 ans pour les individus particulièrement fatigués, stréssés ou immuno-déprimés.

Quels sont les avantages de la DHEA ?

La DHEA ralentit les effets du vieillissement et la progression des maladies de Parkinson et d’Alzheimer
La DHEA réduit les troubles associés à la ménopause et à l’andropause
La DHEA soigne la dépression, la dysfonction érectile, le lupus
La DHEA renforce le système immunitaire
Lors d’une étude menée sur la DHEA (ou déhydroépiandrostérone) les résultats ont mis en évidence trois principaux bénéfices pour ces utilisateurs. Premièrement la DHEA permet de diminuer la fragilité des os, deuxièmement la DHEA permet d’améliorer l’aspect de la peau (hydratation, réduction de l’atrophie de l’épiderme, lutte contre une pigmentation anormale et production des glandes sébacées) et du visage. Enfin l’hormone DHEA augmente l’intérêt pour le sexe et le niveau de satisfaction sexuelle des femmes agées.

La molécule de DHEA

La molécule de DHEA

Un complement Dhea pour la musculation ?

La prise de DHEA par les footballeurs est interdite par la FIFA ainsi que dans le baseball professionnel en Amérique du Nord. En effet, l’hormone DHEA contribue à la multiplication et a la croissance cellulaire, elle favorise donc le développement de la masse musculaire. Cette caractéristique en a fait un complément alimentaire de premier choix pour les body builders. La DHEA naturelle possède aussi des propriétés anti vieillissement car le taux de DHEA décline progressivement passé 30 ans.

La DHEA est devenue très rapidement le plus célèbre des compléments nutritionnels. Les médias du monde entier, ont fait la couverture mondiale de cette nouvelle ‘fontaine de jouvence’ et ce ‘remède universel’.


La DHEA (déhydroépiandrostérone) est une hormone stéroïde naturelle indispensable à la vie de toutes les cellules de l’organisme. Les taux de DHEA diminuent avec l’âge. La supplémentation en DHEA, selon de nombreuses publications scientifiques, permet de ralentir les effets du vieillissement.

DHEA: COMPOSITION
Ingrédients:
DHEA 10 mg: Pour 1 gélule 10 mg de DHEA (déhydroépiandrostérone), pureté 99 % min (obtenue par hémisynthèse)
DHEA 25 mg: Pour 1 gélule 25 mg de DHEA (déhydroépiandrostérone), pureté 99 % min (obtenue par hémisynthèse)
DHEA 50 mg: Pour 1 gélule 50 mg de DHEA (déhydroépiandrostérone), pureté 99 % min (obtenue par hémisynthèse)
Autres ingrédients:
maltodextrine, gélule végétale.
Allergènes: Ne contient pas d’allergènes ni d’OGM (selon directive 200389/EC).

Fabrication et garantie de qualité: Ce complément alimentaire est fabriqué par un laboratoire aux normes BPF (Les BPF sont les Bonnes Pratiques de Fabrication en vigueur dans l’Industrie Pharmaceutique européenne, en anglais GMP : Good Manufacturing Practice).

ISO: Il répond également à la Norme ISO-9001, une norme de qualité internationale. Des analyses sont effectuées régulièrement sur les matières premières et produits finis par des laboratoires indépendants.

Gélules de DHEA

Gélules de DHEA

DHEA: UTILISATION
Conseils d’utilisation: 1 à 2 gélules par jour, au moment des repas et selon l’avis de votre thérapeute. Utiliser de préférence le matin.
Instructions de stockage: À conserver au frais et au sec.

Précautions d’emploi: Ne pas utiliser en cas de grossesse ou d’allaitement, ainsi qu’en cas de cancer du sein, des ovaires ou de la prostate. Ne pas dépasser de la dose journalière recommandée.

Avertissement: Ce produit ne peut se substituer à une alimentation équilibrée. Dans le cas où vous suivez un traitement médical, il est préférable de prendre conseil auprès de votre thérapeute. Réservé à l’adulte. Ne pas laisser à portée des enfants.

DHEA: INFORMATIONS DÉTAILLÉES
La DHEA (déhydroépiandrostérone), est une hormone naturelle synthétisée par les glandes surrénales à partir du cholestérol. Elle est, en termes médicaux, un « précurseur » de la synthèse d’hormones telles que la testostérone, les oestrogènes et la progestérone.

Le pic de sécrétion maximal intervient aux alentours de 21 ans, avec une chute de production de 90% à 75 ans. A partir de 40 ans, le taux n’est plus qu’à la moitié de son niveau optimal. Le stress, une carence alimentaire grave, l’abus de sucreries ou d’alcools, le tabagisme, la toxicomanie et tout ce qui induit une agression exagérée sur le corps déclenchant par ailleurs un processus de vieillissement prématuré.

La DHEA agit à plusieurs niveaux et aide à neutraliser certains des problèmes dûs au vieillissement. Elle améliore la réponse immunitaire et optimise l’effet des vaccins. Elle stimule, enfin, le fonctionnement neurologique, améliore la mémorisation et protège de la dégénérescence des cellules du cerveau. Elle agit aussi positivement sur le moral, jouant le rôle d’un anti-dépresseur véritable.

Elle lutte contre l’ostéoporose en améliorant la densité minérale osseuse, chez les femmes en particulier. Elle constitue même une alternative aux traitements hormonaux substitutifs de la ménopause. Elle augmente de façon sensible de la production de sébum, ce qui a pour effet une meilleure hydratation de la peau ainsi qu’une diminution des taches de vieillesse.


Dyspareunie (douleur pendant les rapports sexuels), sécheresse vaginale ou encore atrophie vulvo-vaginale ou syndrome génito-urinaire…

Les troubles de la ménopause sont provoqués par l’arrêt de la production des hormones ovariennes, les œstrogènes et la progestérone. Pour réduire ces symptômes, la DHEA, (une hormone réputée pour ses effets anti-vieillissements) administrée par voie vaginale pourrait être efficace, selon les résultats d’ un essai clinique de phase III publié dans la revue médicale Menopause et relayé par le site d’informations scientifiques Eurekalert .

La DHEA contre les effets de la ménaupose

La DHEA contre les effets de la ménaupose

Cet essai clinique a été mené sur 480 femmes, ménopausées, qui ont testé pour 325 d’entre elles des ovules quotidiens à 0,5% de DHEA, soit 6,5 mg/ovule. L’autre groupe a pris un traitement placebo. 85% des volontaires ont déclaré une sécheresse vaginale modérée à sévère.

Ces participantes traitées présentent des améliorations significatives après 12 semaines de traitement, par rapport à celles qui ont pris le placebo.

Un effet local sans désagréments secondaires

Les conclusions de l’essai ont montré plus précisément qu’avec l’administration d’un ovule de DHEA (sur une échelle de 0 à 3) :

-la douleur pendant les rapports sexuels est réduite de 0,36 point

-la sécheresse vaginale est réduite de 0.27 point,

– les secrétions vaginales ont augmenté de 86% à 121%,

– le pH vaginal est rééquilibré de 0,66 point vers l’acidité.

« Bien que ce médicament soit considéré comme « hormonal », le mécanisme semble être principalement local avec des effets secondaires minimes, » explique le directeur exécutif de North American Menopause Society, JoAnn Pinkerton.

« La DHEA se transforme en œstrogènes dans les cellules parabasales. Son action semble être entièrement à l’intérieur des cellules, et aucune quantité significative de l’hormone sexuelle est libérée dans la circulation ».


Famille des Dioscoréacées. L’organisme utilise le Yam sauvage pour fabriquer les
hormones sexuelles testostérone, oestrogènes et progestérone.

Ce qui représente un sérieux intérêt pour les femmes et hommes de tous âges, surtout
aux époques de la cinquantaine et plus. Indirectement, l’apport de DHEA naturel
entraîne aussi une augmentation du niveau d’IGF­1 (un métabolite de l’hormone
de croissance). Ce qui constitue l’une des explications plausibles de l’effet positif
du Yam Wild. (source Professeur Etienne­Emile Baulieu de l’INSERM et du
professeur Françoise Forette de la fondation de gérontologie).

L'igname riche en DHEA naturel

L’igname riche en DHEA naturel

Composant :
Le Yam sauvage contient de la DHEA naturelles en petite quantité. Vu son faible
dosage il est inoffensif pour tous.
Recommandations :
1 à 2 gélules par jour avec un verre d’eau


La tige souterraine de l’igname sauvage (yam ou wild yam) est présente dans de nombreux compléments alimentaires.

Il existe en fait plus de quatre cents sortes d’igname sauvage appartenant toutes à l’espèce Dioscorea. Elles poussent sur l’ensemble du continent américain et en Asie. On les utilise pour extraire deux substances, la diosgénine et la dioscine.

Depuis les années 1950, la diosgénine et la dioscine servent à la fabrication de la progestérone ainsi que des estrogènes utilisés dans les médicaments contraceptifs, les traitements hormonaux de la ménopause et des problèmes de fertilité, et plus récemment pour synthétiser la DHEA.

igname sauvage

igname sauvage

Usages et propriétés supposées de l’igname sauvage

igname sauvage
Traditionnellement, les ignames sauvages étaient utilisées pour soulager les rhumatismes chez les Aztèques, les problèmes urinaires chez les Chinois, ou pour favoriser la sécrétion de bile et faciliter la digestion.

Aujourd’hui, les compléments alimentaires qui contiennent de l’igname sauvage sont proposés pour soulager les troubles de la ménopause, remplacer la DHEA, prévenir l’ostéoporose ou augmenter le désir sexuel chez les femmes.

Quelle efficacité pour l’igname sauvage ?
La diosgénine et la dioscine n’ont aucune activité hormonale. Elles servent seulement de produits de base pour la fabrication industrielle des hormones féminines. Mais notre corps ne possède pas les enzymes nécessaires pour transformer la diosgénine et la dioscine en estrogènes, en progestérone ou en DHEA. Pour cette raison, les propriétés supposées de l’igname sauvage n’ont jamais été vérifiées et ne le seront probablement jamais…

Précautions à prendre avec l’igname sauvage
En l’absence d’études, l’igname sauvage ne doit pas être consommée par les femmes enceintes ou celles qui allaitent, ni par les enfants.

Ses effets indésirables sont les vomissements et autres troubles digestifs.

Formes et dosage de l’igname sauvage
Des crèmes et des gélules contenant des extraits d’igname sauvage sont vendues en pharmacie et dans les magasins de produits naturels.

L’avis du spécialiste sur l’igname sauvage
Ces produits n’ont pas l’activité hormonale prétendue. De plus, la présence, non signalée sur l’emballage, de progestérone dans certains produits à base d’igname sauvage a parfois été décelée. Ces hormones de synthèse avaient été ajoutées par les fabricants, mais sans être mentionnées parmi les ingrédients. La prudence est donc de mise.


Utilisée par voie locale sous forme d’ovule, la DHEA pourrait réduire les symptômes gênants de la ménopause comme la sécheresse vaginale et les douleurs pendant les rapports sexuels.

La DHEA a été médiatisée il y a quelques années par les travaux du Pr Etienne-Emile Baulieu qui y voyait un moyen de ralentir le vieillissement. Mais les recherches avaient donné des résultats un peu décevants. Cette hormone naturelle, précurseur des estrogènes, revient aujourd’hui sur le devant de la scène par le biais d’une étude américaine.

Cette étude dite de phase 3 (la dernière étape avant une éventuelle commercialisation du produit) montre des résultats significatifs chez des femmes ménopausées souffrant de sécheresse vaginale. Elle sera publiée en mars dans Menopause, la revue scientifique de la North American Menopause Society.

La DHEA une solution contre la sécheresse vaginale

La DHEA une solution contre la sécheresse vaginale

Une amélioration significative

480 femmes ont participé à cette étude. 325 d’entre elles ont pris quotidiennement un ovule intravaginal contenant 6,5 mg de DHEA. Les autres prenaient un placebo.

Après douze semaines, l’amélioration est significative chez les femmes traitées : moins de sécheresse vaginale, moins de douleurs pendant les rapports sexuels, une muqueuse vaginale plus épaisse, des sécrétions plus abondantes et un PH plus acide.

Les auteurs de l’étude soulignent toutefois que la DHEA a été testée sur des femmes sans antécédents de cancers hormono-dépendants touchant le sein ou l’utérus. Néanmoins, si ces ovules devaient être commercialisés un jour, ils ne devraient pas être prescrits aux femmes sans l’avis de leur gynécologue.


La DHEA, est une hormone naturelle fabriquée par les glandes surrénales, dont le taux diminue au fur et à mesure du passage des années, pour les femmes, mais aussi pour les hommes.

Acheter de la DHEA et supplémenter son alimentation de façon régulière à l’aide de ce complément alimentaire antivieillissement permet de compenser la baisse d’hormones due à l’âge.
La DHEA, un complément alimentaire anti-âge et proactif
Hormone naturelle, la DHEA est réputée pour sa capacité à réduire les risques cardio-vasculaires et pour sa contribution au traitement de la dépression. Elle aide également à prévenir l’ostéoporose, à améliorer le bien-être psychologique et à lutter contre l’obésité. D’une façon générale, la DHEA contribue à améliorer divers troubles liés au vieillissement, ainsi que la fatigue et l’anxiété et elle renforce le système immunitaire.

DHEA : l’hormone du mieux vieillir

DHEA : l’hormone du mieux vieillir

Côté féminité, la ménopause diminue la production d’oestrogènes. Prendre de la DHEA est une des solutions les plus efficaces pour augmenter le taux d’oestrogènes et permettre ainsi aux femmes ménopausées, de moins subir les conséquences de ce phénomène incontournable.
La prise de DHEA est assurément un véritable atout pour fortifier la santé des ongles et cheveux, de la peau, mais aussi pour atténuer la sécheresse vaginale et stimuler la libido en période de ménopause.


Liens conseillés : la baie de goji bio Himalaya - la poudre baobab bio - la baie d'açaï biologique - la mûre blanche - boutique biologiquement - l'huile de baobab bio - fleur de sel de Guérande - la racine de maca bio - la fleur hibiscus bissap - les fleurs de bach - l'aloe vera - les couples mixtes - la plante de stevia bio - les femmes nappy - le fruit du camu camu - le sel de Guérande - l'arbre du baobab - baies de cranberry bio - la feuille de menthe bio - le fruit de grenade bio - la baie d'aronia bio - la céréale de chia bio - le fruit de l'acerola bio - le fruit de maqui bio - le fruit de guarana bio - l'huile de jojoba bio - le café vert bio - la boisson de maté bio - le silicium organique - utilisation du chanvre bio - le thé de rooibos - l'huile d'argan - konjac bio coupe faim - le thé vert bio antioxydant - les antioxydants naturels - la baie de myrtille - le sirop agave biologique - la feuille de graviola bio anti-cancer - physalis peruviana - la racine de curcuma bio - la racine de ginseng biologique - la racine de gingembre biologique - le citron yuzu bio - le fruit de cupuaçu biologique - la baie d'arbouse bio - la vigne rouge bio pour la ciculation - urucum bio contre le cancer de la peau - le fruit de lucuma bio - les amandes biologiques - la cerise - le fruit de mangoustan bio - le thym antioxydant - levure de riz - le citron vert - les antioxydants naturels puissants - la papaye fermentée - le raisin riche en antioxydant - l'ortie bio riche en silice - la baie de sureau - le desmodium bio pour le foie - la feuille de moringa biologique - le goji de l'Himalaya - les baies de goji Himalaya - l'algue spiruline biologique - les antioxydants naturels puissants - la pulpe de baobab biologique - les protéine biologique - beurre de karité bio - le fruit de l'argousier bio - la poudre de baobab bio - la feuilles de ginkgo biologique - le goji biologique - le champignon reishi biologique - le transhumanisme - les sushis japonais - le fruit du baobab bio - les baies de goji biologique - la pharmacie biologique - le cannabis biologique - la marijuana biologique - les insectes comestibles - les prooxydants - la poudre de baobab biologique - le pain de singe baobab - les aliments antioxydants - le baobab biologique - biologiquement - le bouye jus de baobab - baobab.com - la tomate biologique - les insectes comestibles - le fruit du corossol - le fruit du baobab biologique - la feuille de graviola bio - le bambou bio - l'artémisinine bio anti-cancer - baobab.com - la feuille de corossol - un hamburger végétarien - la dhea naturelle - l'armoise anti-cancer - l'artemisia annua plante anti-cancer