[Total : 1    Moyenne : 1/5]

La DHEA, ou déhydroépiandrostérone, est une hormone naturelle produite par les glandes surrénales à partir du cholestérol. Elle est un précurseur de la synthèse d’hormones comme la testostérone, les œstrogènes, la progestérone. Le pic de sécrétion maximal intervient aux alentours de 21 ans, avec une chute de production de 90 % à 75 ans.

Comment reconnaît-on une déficience en DHEA ?

L’expression du visage, en premier lieu, permet de dépister facilement une carence en hormones : le visage gonfle, les paupières s’alourdissent, les cheveux deviennent secs et cassants. Ces effets sont souvent accompagnés, chez les femmes, d’apparition de cellulite sur les cuisses, un ventre en bedaine ainsi qu’un manque de poils sur le pubis et un mont de Vénus aplati. L’anxiété se manifeste régulièrement, l’humeur devient souvent triste, un manque de libido et de désir sexuel apparaît chez la femme, avec une fatigue continue et inexpliquée.

Quand peut-on prendre de la DHEA ?

La DHEA s’adresse aux personnes âgées et aux personnes fatiguées, souffrant de maladies dûes à la faiblesse de leur système immunitaire. On peut toutefois commencer à prendre de la DHEA aux alentours de 40 ans. A partir de cet âge, en effet, le niveau n’est plus qu’à la moitié de son niveau optimal. Sans compter que le stress, une carence alimentaire grave, l’abus de sucreries ou d’alcools, le tabagisme, la toxicomanie et tout ce qui induit un stress exagéré sur le corps déclenchent un processus de vieillissement prématuré.

Quels sont les bons taux de DHEA dans le sang et les urines ?

Ce qu’il faut mesurer n’est pas la DHEA elle-même mais le sulfate de DHEA (SDHEA). Dans le sang : un taux inférieur à 200 mcg/dl et 150 mcg/dl chez les femmes suggèrent une carence. Une valeur en dessous de 120 mcg/dl chez un homme de plus de 50 ans augmente, selon une étude, de 2 à 3 fois le risque de maladie cardio-vasculaire et la mortalité. Dans les urines des 24 heures : un taux en dessous de 0,10 ng par 24 H chez la femme et 0,50 ng chez l’homme est suspect de carence.

Combien faut-il prendre de DHEA ?

Les doses généralement conseillées sont de 25 mg à 50 mg de DHEA par jour pour les femmes et de 50 mg à 75 mg pour les hommes. Les spécialistes recommandent dans un premier temps des prises de 25 mg par jour et ensuite de faire vérifier le taux de DHEA dans le sang au bout de deux à trois semaines de traitement pour adapter la prise au mieux. Il est également recommandé pour les hommes de faire contrôler le taux de PSA, qui est le marqueur des troubles de la prostate.

Faut-il consulter un médecin pour pouvoir prendre de la DHEA ?

Bien que l’aval d’un médecin pour une hormonothérapie dûment validée ne devrait pas même faire question, la majorité d’entre eux, pourtant, semble encore s’y refuser. Formés à détecter les maladies et non pas à promouvoir la santé, l’ensemble des praticiens travaillent en effet dans le cadre d’une médecine curative et non pas une médecine de prévention. Or l’utilité d’une supplémentation hormonale, d’un strict point de vue curatif, ne peut apparaître qu’en cas de symptômes de déficience très nets. Il faut cependant bien comprendre que ce n’est pas l’aval du médecin qui est nécessaire mais son suivi. Dès lors que l’on respecte dosages et contre indications éventuelles, une supplémentation peut être débutée. Il faudra néanmoins consulter régulièrement son médecin (généraliste, gynécologue ou spécialiste) pour détecter toute anomalie, due à la supplémentation hormonale ou pas. Autrement dit, chacun peut commencer à utiliser les hormones de son choix sans avoir forcément à en demander l’autorisation (mais en ayant à faire à des prestataires sérieux et en respectant toujours les doses prescrites et les contre-indications), tout en devant du même coup se faire suivre régulièrement au plan médical.

La DHEA un anti-âge naturel puissant

La DHEA un anti-âge naturel puissant

La DHEA et les hormones que l’on achète sont-elles des substances naturelles ?

La DHEA et les autres hormones sont produites par nos propres glandes, elles ne sont donc pas des médicaments. De ce fait, les hormones ne présentent pas de contre-indications, contrairement aux médicaments de synthèse. Leur production industrielle consiste simplement à reproduire en laboratoire l’exacte structure de leurs molécules. Ces procédés sont maintenant largement au point.

Que faut-il penser des autres formes de DHEA ?

La DHEA (déhydroépiandrostérone) n’a qu’une seule forme. Les produits vendus comme DHEA “naturelle” ou comme “précurseurs” de la DHEA sont une pure et simple tromperie (voir la question “Comment fabrique t-on la DHEA ?”). On trouve également sur le marché des métabolites de la DHEA, fabriqués normalement par l’organisme à partir de la DHEA elle-même. Faute d’études cliniques suffisantes sur l’utilisation directe de ce type de produits, le jugement sur leur efficacité et leur innocuité reste réservé.

Comment “fabrique t-on” les hormones ?

Deux procédés de fabrication existent, l’un dit par ” hémi-synthèse “, qui est le plus utilisé, l’autre par synthèse totale. La méthode par hémi-synthèse consiste à extraire à partir d’une source végétale, la dioscorea villosa ou encore yam (plante de la famille des ignames ou “patate douce “), de la diosgénine, molécule de la famille des sapogénines stéroïdes. Cette molécule pourrait également être extraite d’autres sources végétales, mais le yam en est le plus richement doté. La diosgénine constitue donc la matière première de la DHEA. Elle subit ensuite certaines transformations enzymatiques pour devenir la véritable molécule de DHEA.

Il est important de savoir que les enzymes capables d’effectuer cette transformation de la diosgénine en DHEA ne sont pas synthétisées par le corps humain. Une ingestion de diosgénine ” naturelle ” (non modifiée) ne correspond donc absolument pas à une prise de DHEA. Il faut par conséquent se méfier des appellations “DHEA naturelle” ou “Précurseur de DHEA”. De tels produits n’auront absolument aucun effet sur votre organisme et sont une simple tromperie sur la marchandise. L’autre procédé consiste à fabriquer la molécule de DHEA en partant de l’acide acétique, molécule extrêmement simple. Ce procédé de synthèse totale, encore peu utilisé actuellement, permet de fabriquer de la DHEA sans avoir à importer des tonnes d’ignames.

Le débat est ouvert entre les tenants de l’une ou de l’autre méthode. La pureté de la DHEA produite par hémisynthèse est proche de 100 %. Chez ANA, elle est de 99,2 % exactement. Le procédé par synthèse pure permet d’obtenir une pureté à 100 %, mais, sans doute, avec le même écart d’efficacité qui peut exister entre de la vitamine C de synthèse et celle que l’on trouve dans la véritable orange.

Dois-je arrêter mon traitement hormonal de substitution (THS) pour prendre de la DHEA, ou puis-je associer les deux ?

L’association est parfaitement légitime, à condition de savoir précisement si vous êtes carencée en DHEA. La valeur optimale communément suggérée pour les femmes est de 250 à 300 mcg/dl (microgrammes/décilitre). La prise de DHEA ne peut pas remplacer le THS aux oestrogènes et à la progestérone lors de la ménopause. En cas d’association des deux traitements, en revanche, un surdosage en DHEA peut causer un déséquilibre. En effet, la DHEA augmente indirectement le taux d’oestradiol et des autres oestrogènes dans le corps. C’est la raison pour laquelle des femmes prenant trop de DHEA peuvent se plaindre de douleurs aux seins avant leurs règles. Il faut savoir également que l’oestradiol elle-même augmente le taux de DHEA et de DHEA sulfate.

Si donc vous suivez un traitement hormonal de substitution et souhaitez bénéficier des bienfaits propres à la DHEA, seule une analyse pourra vous permettre de savoir si vous êtes effectivement concernée.

Quels aliments améliorent le taux de DHEA ?

Les graisses saines bien entendu ! N’oubliez pas que les graisses sont indispensables à l’organisme et trop souvent décriées (exemple : les protéines animales comme les œufs, la volaille, le poisson ou la viande).

Peut-on associer la DHEA à d’autres hormones ou à d’autres actifs ?

Les hormones interagissant entre elles, l’efficacité de la DHEA peut donc être améliorée si son utilisation est accompagnée de celle d’autres hormones. Réciproquement, la DHEA renforcera le taux de testostérone, de mélatonine ou, par exemple d’hormone de croissance. La multithérapie est donc une bonne idée. Une analyse de tests sanguins, urinaires ou salivaires permettra d’ajuster les taux des autres hormones indispensables et de trouver un juste équilibre entre elles. Il est aussi recommandé d’associer la prise de DHEA à d’autres produits non hormonaux pour améliorer son efficacité. Ces produits sont les antioxydants tels que vitamine E, vitamine C, caroténoides, polyphenols (ex : thé vert), ainsi que d’autres actifs, comme le cartilage de requin, la glucosamine et la chondroïtine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *