CANCER et DHEA

[Total : 63   Moyenne : 3.3/5]

Il a été démontré que la DHEA améliore le système immunitaire et possède des effets anti-cancer et anti-tumeur significatifs.

La DHEA doit ses propriétés bénéfiques anti-cancer à sa capacité à inhiber une enzyme appelée glucose-6-phosphate déhydrogénase (G6PD). Les propriétés cardio-protectrices de la DHEA sont également en partie liée à cette capacité.

Cancer cervical
Des recherches préliminaires indiquent que l’utilisation de DHEA de manière intra vaginale est sans danger et favorise la régression des lésions cervicales mineures. Toutefois, les patientes ne devraient pas substituer la DHEA à des thérapies plus établies, et devraient consulter un professionnel de santé avant d’envisager cette méthode.

Etudes cliniques

Dans une étude à long terme sur 5000 femmes, il a été constaté que les niveaux de DHEA ont radicalement chuté, et ce, jusqu’à neuf ans avant le développement du cancer du sein. Le facteur de risque le plus élevé pour ce cancer était un faible taux de DHEA. Il a été démontré que la DHEA stimule le système immunitaire, prévient le cancer et prolonger la vie chez l’animal en laboratoire.

Dans une autre étude, neuf hommes en bonne santé âgés avec une moyenne d’âge de 64 ans, ont pris 50 mg DHEA le soir pendant 20 semaines. Ce traitement a significativement augmenté le nombre des cellules T (tueuses). Ce sont les lymphocytes qui sont impliqués dans la recherche et la destruction, non seulement les virus, mais également les cellules anormales qui sont sur le point de devenir cancéreuses. Bien que le nombre de lymphocytes T n’ait pas été affecté, leur activité a été accrue (telle que mesurée par une réponse proliférative plus grande à la phytohémagglutinine, un produit chimique qui normalement stimule les cellules T). L’activité des cellules B a également été augmentée.

La DHEA combat le cancer
La DHEA combat le cancer

Lors d’une étude conduite sur des souris et des rats, il a été démontré que la DHEA peut inhiber le développement de tumeurs expérimentales du foie, de la poitrine, du poumon, du côlon, des tissus lymphatiques de l’épiderme, ainsi que d’autres parties du corps. Parmi les rates enceintes à qui a été implanté un agent cancérigène, 96 % ont développé des tumeurs aux mamelles.
Les souris qui ont reçu le même agent cancérigène mais à qui on a donné une dose de DHEA, n’ont été que 35 % à présenter des tumeurs aux mamelles. Le Dr. Inano, chercheur japonais, en a conclu, “Cette découverte suggère que la DHEA possède un potentiel préventif contre la phase de promotion/progression des tumeurs mammaires induites par les radiations.”

La DHEA diminue l’enzyme cancérigène Glucose-6-Phosphate Dehyrogenase (G6PD). Les femmes britanniques qui avaient 10% de DHEA en moins que la normale pour leur groupe d’âge, ont développé un cancer du sein et en sont mortes, ainsi que cela avait été prédit 9 ans plus tôt lors d’une test de mesure de faible DHEA présente dans leur urine. La DHEA protège des tumeurs cancéreuses provoquées par l’uréthane et le diméthylbenz-anthracène 1 et 2, du cancer de la peau (à raison de 100 mg de DHEA par jour), bloques les tumeurs du côlon chez les souris exposées au cancérigène dimethylhydrazine 1et 2, prévient le cancer de la prostate et le cancer des testicules chez les rongeurs.

Une étude a montré que les sujets présentant des cellules T de leucémie (ATL) avaient un taux de DHEA significativement plus faible que la moyenne des gens en bonne santé. Cela a amené des médecins à penser que la DHEA pouvait bénéfique dans le traitement de cette forme de leucémie.

D’autres études sur le cancer montre que la DHEA inhibe les l’absorption de thymidine par les cellules, laquelle est nécessaire pour la propagation cellulaire, et interrompt l’effet oxydant des substances chimiques cancérigènes. Les scientifiques remarquent que la DHEA ne fonctionne pas comme un anti-oxydant, mais comme un modérateur des effets des substances chimiques cancérigènes sur les cellules.

Une étude clinique sur 127 sujets dans un état avancé de cancer, à qui on a donné 40 mg de DHEA par jour, a montré que bien qu’il n’y ait pas eu de régression significative du cancer, 2 sujets atteints de cancer du rein, ont stabilisé leur état et ont toléré la thérapie à base de DHEA pendant 2 ans et demi sans effets secondaires. Ainsi, selon les Dr Regelson et Kalimi, la DHEA est peut-être notre meilleur agent pour bloquer la croissance des tumeurs liées au stress.

la DHEA l’hormone anti-vieillissement

[Total : 4   Moyenne : 3.3/5]

La DHEA constitue la base de nombreuses hormones synthétisées par l’organisme, et offre ainsi un soutien hormonal naturel pour vieillir en bonne santé.

BASES

La DHEA (DéHydroÉpiAndrostérone) est une des substances les plus importantes dans la médecine anti-vieillissement. En raison de ses nombreux effets sur le système immunitaire et sur le vieillissement du cerveau, elle est de plus en plus souvent utilisée lors d’une régression des capacités chez les personnes âgées. Il est prouvé que la DHEA déploie un effet d’harmonisation sur le psychisme, augmente la tolérance au stress, et peut également protéger contre la maladie d’Alzheimer.

Malheureusement, avec l’âge, le taux naturel de DHEA baisse nettement. Dès la 40e année de vie, les taux baissent à un tiers des taux mesurés chez les personnes de 30 ans. À 60 ans, les taux ont baissé à un neuvième. Or, la DHEA est une des hormones humaines au potentiel le plus varié.

On a constaté dans de nombreux essais que la DHEA pourrait constituer une protection efficace contre les problèmes cardio-vasculaires grâce à ses propriétés hypocholestérolémiantes et son influence favorable sur la coagulation du sang. En outre, d’autres études ont montré que la DHEA permet une amélioration notable de la mémoire et du système immunitaire, qu’elle réduit la graisse corporelle, soutient la production d’œstrogène et de testostérone, et augmente la libido. Il n’est donc pas surprenant que des scientifiques du monde entier considèrent cette hormone – jusqu’alors quelque peu négligée – avec un nouveau respect et un nouvel espoir.

EFFETS

La DHEA est une hormone stéroïde, synthétisée sur la base du cholestérol dans les glandes surrénales, le cerveau et la peau. Une grande partie de cette hormone est liée à certaines molécules protéiques d’autres hormones. La DHEA libre est une «hormone intermédiaire» fournissant les éléments de base pour la synthèse d’autres hormones et d’autres substances vitales, entre autres de la testostérone (hormone sexuelle mâle) et de l’œstrogène (hormone sexuelle féminine). Il apparaît que la DHEA, en tant que précurseur stéroïde, agit comme une sorte d’hormone tampon permettant de rétablir l’homéostase en collaboration avec de nombreuses autres hormones, enzymes et subs­tances vitales, dont elle fournit en partie elle-même les éléments de base.

DHEA le meilleur anti-âge naturel
DHEA le meilleur anti-âge naturel

À partir de la 40e année de vie, la production de DHEA par l’organisme baisse énormément. Chez la femme, il en résulte un arrêt progressif de la production d’œstrogène, débouchant sur la ménopause. Chez l’homme, il en va de même pour la production de testostérone. Une moindre production de testostérone est associée à une moindre production de DHEA. Ce faible taux de DHEA entraîne par la suite également un taux accru de cholestérol, avec tous les risques et conséquences correspondants. La moindre production de DHEA est accompagnée d’une réduction rapide de la résistance au stress.

En outre, la DHEA fait actuellement l’objet de plusieurs projets de recherche médicale parmi les plus intenses de ce siècle. Les scientifiques des plus illustres centres de recherche médicale aux États-Unis – Havard, Stanford, universités de Wisconsin, d’Utah et de Californie – étudient les propriétés et les effets possibles de la DHEA. Celle-ci semble de plus en plus faire preuve de puissants effets protecteurs contre le cancer. Un groupe de chercheurs sous la direction du Dr. Arthur Schwartz travaille à l’élaboration d’un médicament à base de DHEA, qui pourrait bien devenir la première substance commercialisée en tant que pilule contre le cancer. Les patients à la suite d’un infarctus du myocarde, les hommes souffrant de problèmes de la prostate et les femmes ménopausées présentent de très faibles taux de DHEA.

INDICATIONS

Âge: selon l’avis de chercheurs en gériatrie, une perturbation de l’équilibre entre cortisol et synthèse de DHEA est responsable de nombreux troubles dus au stress et à l’âge. Des études ont pu montrer que la DHEA permet un effet de bien-être global chez les personnes âgées. En outre, la prise de DHEA permet de mieux gérer le stress.

Système immunitaire: la DHEA agit directement sur les lymphocytes et stimule l’interleukine 2, une des protéines de communication les plus importantes de la régulation immunitaire. La DHEA soutient le système immunitaire et rend l’organisme plus résistant aux infections.

Des taux extrêmement faibles de DHEA ont été trouvés chez des patients souffrant d’artériosclérose, d’hypertension, de troubles au niveau de la mémoire et de la concentration, d’excès de poids, de troubles lipidiques, de syndrome de fatigue chronique, hypercholestérolémie, de maladie d’Alzheimer, et de sclérose en plaques. On a également constaté de faibles taux de DHEA lors de lupus érythémateux (une maladie auto-immunitaire), d’ostéoporose, de dépression et d’asthme.

Dans toutes ces maladies, le remplacement de DHEA permet d’atténuer les symptômes et d’améliorer la qualité de vie.

Cancer: la DHEA ne peut pas guérir le cancer et ne doit pas être prise à la place d’un traitement établi pour le cancer, car les études sur ses effets ne sont pas encore terminées. Cependant, plusieurs études montrent que la manifestation de cancers semble être en corrélation directe avec de faibles taux de DHEA. Dans des essais en laboratoire, on a pu inhiber avec succès la croissance de plusieurs types de cancer.