[Total : 19    Moyenne : 3/5]

Il a été démontré que la DHEA améliore le système immunitaire et possède des effets anti-cancer et anti-tumeur significatifs.

La DHEA doit ses propriétés bénéfiques anti-cancer à sa capacité à inhiber une enzyme appelée glucose-6-phosphate déhydrogénase (G6PD). Les propriétés cardio-protectrices de la DHEA sont également en partie liée à cette capacité.

Cancer cervical
Des recherches préliminaires indiquent que l’utilisation de DHEA de manière intra vaginale est sans danger et favorise la régression des lésions cervicales mineures. Toutefois, les patientes ne devraient pas substituer la DHEA à des thérapies plus établies, et devraient consulter un professionnel de santé avant d’envisager cette méthode.

Etudes cliniques

Dans une étude à long terme sur 5000 femmes, il a été constaté que les niveaux de DHEA ont radicalement chuté, et ce, jusqu’à neuf ans avant le développement du cancer du sein. Le facteur de risque le plus élevé pour ce cancer était un faible taux de DHEA. Il a été démontré que la DHEA stimule le système immunitaire, prévient le cancer et prolonger la vie chez l’animal en laboratoire.

Dans une autre étude, neuf hommes en bonne santé âgés avec une moyenne d’âge de 64 ans, ont pris 50 mg DHEA le soir pendant 20 semaines. Ce traitement a significativement augmenté le nombre des cellules T (tueuses). Ce sont les lymphocytes qui sont impliqués dans la recherche et la destruction, non seulement les virus, mais également les cellules anormales qui sont sur le point de devenir cancéreuses. Bien que le nombre de lymphocytes T n’ait pas été affecté, leur activité a été accrue (telle que mesurée par une réponse proliférative plus grande à la phytohémagglutinine, un produit chimique qui normalement stimule les cellules T). L’activité des cellules B a également été augmentée.

La DHEA combat le cancer

La DHEA combat le cancer

Lors d’une étude conduite sur des souris et des rats, il a été démontré que la DHEA peut inhiber le développement de tumeurs expérimentales du foie, de la poitrine, du poumon, du côlon, des tissus lymphatiques de l’épiderme, ainsi que d’autres parties du corps. Parmi les rates enceintes à qui a été implanté un agent cancérigène, 96 % ont développé des tumeurs aux mamelles.
Les souris qui ont reçu le même agent cancérigène mais à qui on a donné une dose de DHEA, n’ont été que 35 % à présenter des tumeurs aux mamelles. Le Dr. Inano, chercheur japonais, en a conclu, “Cette découverte suggère que la DHEA possède un potentiel préventif contre la phase de promotion/progression des tumeurs mammaires induites par les radiations.”

La DHEA diminue l’enzyme cancérigène Glucose-6-Phosphate Dehyrogenase (G6PD). Les femmes britanniques qui avaient 10% de DHEA en moins que la normale pour leur groupe d’âge, ont développé un cancer du sein et en sont mortes, ainsi que cela avait été prédit 9 ans plus tôt lors d’une test de mesure de faible DHEA présente dans leur urine. La DHEA protège des tumeurs cancéreuses provoquées par l’uréthane et le diméthylbenz-anthracène 1 et 2, du cancer de la peau (à raison de 100 mg de DHEA par jour), bloques les tumeurs du côlon chez les souris exposées au cancérigène dimethylhydrazine 1et 2, prévient le cancer de la prostate et le cancer des testicules chez les rongeurs.

Une étude a montré que les sujets présentant des cellules T de leucémie (ATL) avaient un taux de DHEA significativement plus faible que la moyenne des gens en bonne santé. Cela a amené des médecins à penser que la DHEA pouvait bénéfique dans le traitement de cette forme de leucémie.

D’autres études sur le cancer montre que la DHEA inhibe les l’absorption de thymidine par les cellules, laquelle est nécessaire pour la propagation cellulaire, et interrompt l’effet oxydant des substances chimiques cancérigènes. Les scientifiques remarquent que la DHEA ne fonctionne pas comme un anti-oxydant, mais comme un modérateur des effets des substances chimiques cancérigènes sur les cellules.

Une étude clinique sur 127 sujets dans un état avancé de cancer, à qui on a donné 40 mg de DHEA par jour, a montré que bien qu’il n’y ait pas eu de régression significative du cancer, 2 sujets atteints de cancer du rein, ont stabilisé leur état et ont toléré la thérapie à base de DHEA pendant 2 ans et demi sans effets secondaires. Ainsi, selon les Dr Regelson et Kalimi, la DHEA est peut-être notre meilleur agent pour bloquer la croissance des tumeurs liées au stress.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *